AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 CONTEXTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Céphée
✽ THE PREVAIL FLOWER CROWN ✽


Pseudo : ad_libitum
Messages : 168
Sur WUH depuis le : 31/07/2013
Avatar : Watase Sanetoshi • MP
Crédits : 169

MessageSujet: CONTEXTE   Jeu 22 Aoû - 21:08

la cité des rêves





« Bordel, je suis pas déjà passé par ici ? Si, je reconnais cette souche. Et meerde, je me suis pas paumé quand même ? Ces arbres se ressemblent tous ! »

« Ecoute, je… C’est compliqué pour moi en ce moment, tu comprends ? Je sais que tes sentiments sont sincères, mais je me sens… perdue. Laisse-moi du temps pour y réfléchir, s’il te plait. »

« Travaille bien, passe à la banque, rapporte des bonnes notes, range ta chambre, trouve un boulot étudiant, cherche un appartement, appelle la sécu, fais tes devoirs au lieu de sortir t’amuser, va passer le week-end chez mamie. J’en ai marre ! J’en peux plus ! Je sais plus où donner de la tête, je sais plus ce qu’ils veulent que je fasse, que je fasse pas, je sais même plus ce que moi je veux. J’ai l’impression de me noyer, de m’oublier moi-même. »

« Bip… bip…  bip…
_ Docteur, quand va-t-il se réveiller ?
_ Je ne sais pas madame. Peut-être demain, peut-être jamais.
_ N’y a-t-il aucun moyen pour l’aider ?
_ Malheureusement non, il est seul. Il a subit un grave traumatisme, nous avons fait tout notre possible, maintenant c’est à lui de retrouver le chemin de la maison. Espérons juste qu’il ne s’égare pas en route… »


C’est ce qui t’es arrivé, n’est-ce pas ? Tu es passé par la mauvaise ruelle dans une ville que tu ne connaissais pas, tourné à gauche au lieu d'à droite, t’es emmêlé dans tes problèmes familiaux, pris une mauvaise direction dans ta vie sentimentale, raté une marche de ton destin tout tracé et soudainement tu ne savais plus où tu en étais, où tu étais. Perdu. Paumé. Egaré. Oublié. Tant de mots pour un même résultat. Tu as cherché une solution peut être, peut-être pas, tu t’es débattu et puis tu as abandonné. Tu as fermé les yeux et quand tu les as rouvert, une lumière dorée t’a ébloui à te faire pleurer. Horizon se trouvait devant toi.

Tu ne sais pas comment tu es arrivé là, tu ne sais pas comment tu as pénétré dans la ville aux murailles dépourvues de porte, mais c’est bien son sol dallé qui se trouve sous tes pieds. Autour de toi, des visages amicaux et d’autres qui te semblent étranges voire effrayants. Ce sont des cornes sur son front ? Des ailes dans son dos ? Pourquoi ses cheveux sont-ils verts, pourquoi sa peau est couverte d’écailles ? Tu ne comprends pas, mais eux ont l’habitude. Ça va faire une cinquantaine d’années que des gens comme toi ont commencé à arriver à Horizon, sans raison apparente. Des gens qui se sont égarés dans leur vie quotidienne. Des gens qui ont voulu s’échapper. Des humains. Des astray, comme on vous appelle ici.

Mais où es-tu, « ici » ? Tu es à Horizon, la Cité des Rêves, berceau des songes. Depuis des temps immémoriaux c’est dans ce lieu magique que les rêves naissent et meurent, sous l’œil bienveillant de leur monarque, Céphée le roi des chimères. Ils évoluent partout autour de toi, te frôlent, parfois te bousculent, te jettent des œillades curieuses ou des sourires avenants. Ils ont l’air tellement humains, ces rêves, avec leur corps si semblable au tien, leurs expressions en tout point identiques aux tiennes, leur voix aux timbres variés. Mais pourtant tu ne peux pas t’y tromper, ils ne sont pas comme toi. Ce sont des uncanny. Ils ont beau te ressembler leur physique est extravaguant, bariolé, fantastique, leurs coutumes te sont étrangères, leur manière de penser t’échappe. Ce sont des créatures de rêves et de cauchemars, intemporelles et présentes à la fois, à la psychologie aussi complexe que fascinante. Malgré que tu parles la même langue qu’eux, tu as du mal à les comprendre et eux ont bien du mal à te cerner. Tu es trop étrange, trop complet, trop humain, tes paroles les troublent sans qu’ils en saisissent parfaitement le sens. Tu es autant une énigme pour eux qu’ils le sont pour toi.

Pourtant les uncanny vous tolèrent, vous, astray, dans leur coin de paradis. Ils ne savent pas comment vous êtes arrivés ici – personne ne le sait – mais le roi vous a ouvert grand ses bras et pris sous son aile, émerveillé qu’il était de rencontrer des êtres comme vous. Car s’ils n’ont aucune idée de comment tu es venu, ils savent bien une chose : désormais, tu ne peux plus partir. Il n’existe pas de porte dans la muraille qui entoure Horizon, et ce depuis toujours. Est-ce que cela t’effraie ? Cette perspective de passer le reste de tes jours dans cette ville inconnue, habitée par des créatures qui ne sont même pas de ton espèce ? Certains étaient ravis de l’apprendre, d’autres dévastés, quelques-uns ont tenté sans succès de trouver une sortie, il y en a qui sont devenus fous. Et toi, ça va ? Après tout, pourquoi vouloir rentrer ? N’étais-tu pas perdu ? Pourquoi avoir envie de retourner à ce quotidien morne et sans fantaisie ? Sans rêve ? La vie à Horizon est fabuleuse, tu verras. La cité est belle aussi bien de jour que de nuit, l’air y est doux quelle que soit la saison, la nourriture y est abondante et la féérie au détour de chaque rue. Les uncanny sont peut-être bizarres au premier abord, mais on apprend à les connaître, on s’habitue à leur apparence et ils deviennent des amis précieux. Une cohabitation est possible. Pour preuve de cette étonnante entente, une nouvelle espèce est même apparue. Ni astray, ni uncanny, une espèce hybride née de l’amour entre rêves et humains : les cross. Leur statut est encore un peu flou et leur situation un peu instable, mais ils existent bel et bien, et rien de ce que pourront dire les réfractaires ne changera cette réalité.

Les tensions sont nombreuses à Horizon mais elles restent discrètes, comme un murmure porté par le vent, noyé dans le chant des feuilles. Le bon roi Céphée est là, veillant au grain, couvant du regard ses songes bien-aimés et ces humains qu’il découvre à peine mais aime déjà, observant malicieusement le cours des évènements. Que va-t-il arriver ? Il ne le sait pas. Il est comme toi, il attend. Il attend de voir. Et il savoure la paix éternelle qui règne dans la Cité des Rêves.

Éternelle, vraiment ?
texte par Ortie ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wayuphigh.forumactif.org/
 

CONTEXTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» utiliser le vocabulaire adapté au contexte
» Site sur la déco du Titanic/Olympic (contexte ou origine)
» "La terre" dans le contexte biblique
» Contexte Historique
» Les meilleures phrases du forum, sorties de leur contexte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Way up High :: PROLOGUE :: kit de survie-