AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 electric feel • will

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Morgan Sanders
◥ A S T R A Y ◤


Pseudo : Léo
Messages : 109
Sur WUH depuis le : 26/12/2013
Avatar : Dave Strider ▬ Homestuck
Crédits : 58

MessageSujet: electric feel • will   Dim 26 Jan - 16:20

▬ Nan Will, rentre pas.

Tout s'était passé trop vite. C'était arrivé comme ça, d'un coup, et tu te retrouvais à moitié allongé sur le carrelage de la cuisine à chercher un moyen d'accéder à une source de lumière. Étourdi par les événements, tu te sentais nauséeux - probablement à cause de l'odeur du sang que tu n'avais jamais vraiment supporté - et l'adrénaline retombant tout doucement, tu commençais à sentir la douleur que ton corps avait simplement ignoré jusque-là. Tant pis, il faudrait serrer les dents. Quelques égratignures n'étaient rien pour un type comme toi ; c'était en tous cas ce que tu te répétais très fort en levant ta main droite dans le vide pour attraper le pied de la table. Les morceaux de verre restés dans ta paume s'y enfoncèrent un peu plus profondément, te soutirant un grognement étouffé.

▬ Putain.

La soirée avait bien commencé, pourtant. C'était ton jour de congé et tu avais décidé de faire une surprise à Will pour son retour. L'idée de faire des crêpes t'avait traversé l'esprit avant que tu te souviennes que tu ne pourrais pas demander à google les ingrédients nécessaires à la confection de la pâte. Vivre dans les années cinquante n'était pas toujours évident pour un gamin du vingt-et-unième, tu t'en rendais douloureusement compte un peu plus chaque jour. Au lieu de ça, tu avais décidé d'aller le chercher à son travail en vélo. Il t'avait fixé pendant une bonne poignée de secondes sans dire un mot en te voyant arriver avec ton sourire un peu con. Tu n'avais pas réussi à deviner si c'était parce qu'il trouvait ça bizarre - ça l'était, définitivement - ou parce qu'il avait reconnu le vélo de sa voisine - c'était un simple emprunt, pas de quoi en faire un plat. À vrai dire tu t'en foutais, il était monté, c'était le principal. Arrivés à l'appartement, vous vous étiez raconté votre journée respective affalés dans le clic-clac et en aviez passé le reste à ne rien faire, ce qui constituait votre principale activité ensembles.

Les choses avaient dérapé vers vingt-et-une heures, quand la lampe de la cuisine avait inexplicablement grillé alors que tu passais prendre deux verres de coca et un paquet de chips dans le placard de la cuisine (le jour où tu mangerais sainement n'était pas encore arrivé, malgré les efforts de ton nouveau colocataire à ce sujet). Il faut savoir que Will et toi, vous correspondiez un peu à l'image plus ou moins réaliste qu'on se ferait d'un vieux couple. Will s'occupait de la cuisine, ce qui faisait de lui la femme, et en conséquences tu devais t'occuper de tout ce qu'il appartenait au mâle de faire : principalement passer la moitié de la journée sur le canapé, mater la voisine et éventuellement réparer d'éventuels dégâts d'ordre électrique ou de plomberie. Vous viviez ensembles, dormiez dans le même lit et aviez vos petites habitudes que chacun connaissait de l'autre. Il vous était même arrivé de vous disputer sur ces choses futiles qui faisaient le piment des vies de couple ; et puis vous ne faisiez plus l'amour parce que Will était ménopausé et toi impuissant. (Ceci étant dit, si l'on avait pris tous les facteurs en compte, à savoir que les tâches ménagères et la lessive te revenaient alors que Will payait le loyer et travaillait plus longtemps que toi, tu aurais certainement hérité du titre d'épouse. Et ça t'allait beaucoup mieux. But let's just pretend you're the alpha male because you're way to cool to have a vagina.)

C'était donc à toi que revenait la mission de remplacer l'ampoule : tu t'étais retroussé les manches et avais posé les deux verres sur la table avant de t'y hisser toi-même pour atteindre l'objet défectueux. L'appartement de Will était petit, mais le plafond relativement haut – ce devait être la mode dans les années cinquante – et c'était sur la pointe des pieds que tu avais commencé la fastidieuse procédure de dévissage. Si tu avais informé Will que tu t'étais lancé dans une telle aventure, sans doute t'aurait-il prévenu que la table sur laquelle tu étais monté était la plus bancale et merdique d'Horizon, et que s'il la recouvrait de cette nappe immonde c'était simplement pour masquer l'étendue des dégâts.  Mais tu ne lui avait rien dit, parce que pourquoi faire, et l'intéressé était encore plongé dans ses comics quand l'inévitable s'était produit.

Le pied de la table avait cédé. Tout simplement. Et puis tout était allé très vite. La lampe encore dans la main, tu t'étais écroulé par terre en arrachant dans le même mouvement une bonne partie du câblage, ce qui avait fait sauter les fusibles et coupé l'électricité.  Les deux verres encore vides s'étaient éclatés sur le carrelage, ton crâne avait heurté un coin de meuble et pendant un instant tu avais oublié où tu étais avant que ton esprit ne te revienne avec la douloureuse prise de conscience des multiples éclats de verres qui s'étaient nichés dans ta peau, au niveau des mains et des coudes. C'était là que tu avais entendu Will se lever depuis le salon et que tu l'avais défendu d'approcher.

▬ Je crois que j'ai niqué le courant de tout l'appart.

Non, sans déconner. Un grognement t'a échappé alors que tu tentais de ramener ta jambe gauche vers toi.

▬ Et ma cheville avec.

T'as eu un petit rire étouffé ; mais tu te sentais vraiment minable, à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ancre
◢ U N C A N N Y ◣


Pseudo : rocket.
Messages : 44
Sur WUH depuis le : 27/12/2013
Avatar : petunia - happy tree friends
Fiche : are you happy ?
Crédits : 73

MessageSujet: Re: electric feel • will   Mar 4 Fév - 1:16


Tu ne peux pas vraiment te plaindre d'à quoi ressemble ta vie à Horizon.
Même si tu n'étais pas vraiment du genre à espérer avoir une vie calme, tranquille et pleine de routine, tu ne peux pas dire que ça soit si désagréable que ça. Surtout que tu as presque tout le temps que tu veux pour rendre ta journée un peu moins banale, ou juste prendre ton temps et rêver. Yeah, tu peux pas vraiment te plaindre de ta vie à Horizon.
C'est ce que t'essaye de te convaincre, en tout cas.

Ça fait longtemps que t'es là, et pourtant tu ne te lasseras jamais d'observer longuement la ville entre deux livraisons, comme pour être sûr de l'avoir sous toutes les coutures dans ton appareil photo imaginaire ; et t'émerveiller pour la millième fois sur toujours les mêmes choses, parce que tout change toujours un peu tout en restant le même et tu te fascineras probablement toujours des plus petites choses Will. C'est ce qui empêche ta vie d'être monotone et tes pensées de partir ailleurs.

Ça et les petites surprises de la vie du genre Morgan qui vient en vélo pour te ramener à l'appartement. Tu dois admettre que face à ça, ton temps de réaction a été encore plus long que la normale parce que sérieusement qu'est-ce qui ne va pas bien chez toi pourquoi est-ce que tu n'as pas de vélo ? Un facteur sans vélo ? Tu crois vraiment que c'est comme ça que ça fonctionne, Will ? Tu fais ce boulot depuis combien de temps déjà ?
C'est décidé, à partir de maintenant tu économises pour t'acheter un vélo.



Il t'arrive parfois d'être simplement assis sur le canapé à écouter Morgan parler sans vraiment lui accorder toute ton attention et de soudainement réaliser à quelle vitesse de type est devenu une quasi-constante dans ton quotidien. Tu lui avais juste proposé un endroit où dormir un jour, et quelques semaines après c'était déjà normal pour lui de venir sans même te demander avant si c'était possible. Pas que ça te dérange ; tu as vraiment du mal à voir en quoi un deuxième salaire peut-être une mauvaise chose. T'es pas sûr que tu serais capable d'économiser pour un vélo si il n'était pas là. Et puis il fait plein de trucs à ta place aussi, comme la vaisselle, la lessive ou même-

... Détruire la cuisine et faire sauter le courant au passage ?
Tu peux vraiment pas te perdre dans tes pensées tranquillement, avec un colocataire pareil.

Il a dû t'entendre te lever du canapé parce qu'il t'a dit de ne pas t'approcher. Mais eh, comme si tu allais l'écouter et le laisser seul au milieu du champ de bataille qu'il a très probablement créé. Tu vas juste faire un truc super intelligent avant - le genre de trucs que tu ne fais pas souvent - et te souvenir d'où est-ce que t'as rangé les bougies. Mieux vaut avoir un peu de lumière avant d'entrer dans un champ de mine. Enfin, de verre.


W : Woah. Je commenterais bien les dégâts mais hm- Est-ce que ça va ?

La lueur d'une bougie n'est pas le meilleur moyen de voir la scène en détail, mais c'est définitivement mieux que rien et, dans une situation pareille, bien moins risqué que deux.
T'es pas vraiment sûr d'où est-ce que les morceaux de verre ont pu se loger, mais en croire la légère odeur de sang, certains ont décidé que la peau de Morgan était la meilleure maison du coin, et t'as bien l'intention de -tenter de- les forcer à déménager avant que l'odeur de sang ne soit assez forte pour te faire vomir. En d'autre termes, il faut agir vite, et ailleurs qu'au milieu des cadavres de. Tu n'es même pas sûr de ce que Morgan a pété, mais en tout cas il n'a pas fait semblant.
Tu fais super attention en t'approchant parce que c'est pas vraiment le moment d'avoir une énième blessure à s'occuper, et tu lui attrapes doucement le bras.

W : Tu peux te lever ? Appuies-toi sur moi ok, on va t'éloigner de. La catastrophe que tu as provoqué.

W : Sérieusement, qu'est-ce qu'il s'est passé ? Est-ce que- est-ce que t'as pété la table ? Pas que je doute que ça soit difficile vu l'état dans lequel elle était déjà mais. ?


Tu n'as même pas de mots pour terminer correctement ta question. Si tu pouvais, tu aurais les bras levés dans cet international geste du "what the hell", mais vu que tes bras sont déjà occupés tu ne peux que regarder Morgan avec une expression de pure confusion. Qu'il ne voit probablement pas parce que tes cheveux sont entre la bougie et ta face.

Soyons franc, c'est plutôt cool d'avoir Morgan comme colocataire mais si il pouvait éviter de faire des choses de ce genre ça serait mille fois plus cool. Et encore, t'es même pas sûr de l'état dans lequel il est. T'espères juste qu'il est pas dans le même état que la cuisine, en fait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Morgan Sanders
◥ A S T R A Y ◤


Pseudo : Léo
Messages : 109
Sur WUH depuis le : 26/12/2013
Avatar : Dave Strider ▬ Homestuck
Crédits : 58

MessageSujet: Re: electric feel • will   Mer 19 Fév - 5:36

Will et toi n'aviez jamais vraiment discuté de cette histoire de colocation. En fait, il avait seulement accepté de t'héberger deux ou trois nuits et tu t'étais attaché à ton petit confort et incrusté sans vraiment prévenir. Parce que c'était chouette de pouvoir bosser le soir en sachant que tu aurais un endroit où dormir en rentrant. Parce que c'était chouette de savoir que pendant ce temps, Will te réservait un tupperware avec ta part du dîner et que tu n'aurais pas à avaler une fois de plus cette chose immonde que tu appelais spaghettis à la sanders et qui n'était rien d'autre qu'un bloc de pâtes collantes, flasques et trop cuites. Parce que c'était chouette de te réveiller à midi et de retrouver la tasse de café qu'il te préparait tous les matins avant de partir au travail et qui refroidissait en attendant que tu te lèves. Parce que c'était chouette de pouvoir simplement prendre une douche quand tu voulais et d'avoir accès à l'électrici- non, mauvaise blague. Peut-être aussi parce que c'était chouette de traînasser sur le clic-clac avec Will pendant vos jours de congé, et juste chouette d'être avec Will. Ça faisait beaucoup de trucs chouettes et à vrai dire il ne t'avait jamais explicitement dit que ça le dérangeait alors tu étais parti du principe qu'il était d'accord. Après tout, c'était lui qui avait commencé en te disant qu'il te laissait la clef sous le paillasson. Entretemps tu en avais fait faire une nouvelle pour fêter vos un mois ensembles. Vous aviez célébré la chose en ouvrant une bouteille de porto empruntée à ton boulot ; Will t'avait raconté cette fois où étant gamin il avait accidentellement terrifié un honnête boulanger en braquant sa boutique pour jouer. Et ça te faisait rire de penser qu'au même âge tu faisais du charme à boulangère de ton quartier pour mieux voler ses carambars quand elle avait le dos tourné. De toute façon, avec ses joues rosies par l'alcool et son regard brillant, il avait le truc pour te faire sourire sans même dire quoique ce soit. De ton côté lui avais raconté comment ton grand frère te poursuivait tous les matins en allant à l'école pour t'entraîner à échapper à la police, en enjolivant les détails pour rendre ça amusant et pas aussi bizarre et ghetto que ça l'était réellement ; avec tes mots ça ressemblait plus à un loup qu'à cette frayeur de te faire rattraper qui t'avait hanté chaque matin de ton enfance. Ce n'était jamais arrivé. Une de tes plus grandes fierté et en même temps une de tes plus grandes frustrations, parce que tu ne saurais jamais ce qui serait advenu si tu n'avais pas été assez rapide. Il n'avait jamais parlé de sa famille ; il savait que tu vivais avec ta mère et ton frère, sans avoir eu plus de détails. C'étaient des sujets qu'aucun de vous deux n'avait vraiment songé à amener sur la table, et il y avait bien trop à discuter sur Horizon et les habitudes de la voisine pour s'attarder sur des détails de vos passés respectifs.

Tu n'étais pas vraiment le colocataire dont on pourrait rêver, mais tu donnais le meilleur de toi-même. Et puis si l'on écartait les quelques petites gaffes que tu avais pu commettre, tu n'étais pas si terrible que ça en avait l'air. Tu gardais l'appartement toujours propre. Tu faisais la vaisselle minutieusement. Tu avais tenu au moins trois jours à dormir par terre avant de t'incruster définitivement dans le clic clac à côté de Will. Tu t'évertuais à t'endormir après lui pour qu'il n'ait pas à entendre tout ce qui pouvait sortir malgré toi de ta bouche pendant la nuit - un petit peu aussi parce que tu avais peur de ce qu'il pouvait entendre. Tu triais ses vêtements par couleur pour les lessives et tu les pliais soigneusement avant de les ranger. Tu payais même un supplément pour l'assouplissant qui leur donnait cette odeur de propre et donnait envie de les porter encore chauds. Tu l'amenais au cinéma et tu t'assurais que la réserve de coca ne soit jamais vide - aussi parce que tu n'avais aucune envie d'y aller seul et que les boissons hautement non-diététique étaient essentielles à ton propre régime alimentaire. Non, vraiment, on faisait pire comme coloc. On aurait pu se le dire si tu n'avais pas foutu en l'air le circuit de tout l'appart et la table de la cuisine. La table, passait encore, tu en rachèterais une pour trois sous et en meilleur état que l'ancienne. Les câbles, par contre, nécessiteraient certainement l'aide d'un électricien ; et les électriciens coûtaient cher.

▬ Fais gaffe où tu marches y'a déjà assez d'un handicapé dans cette pièce. Aussi je te paye une table en or forgé signée par le Roi de ce foutu pays si tu te passes de commentaire sur mes élans de génie - AOUTCH.

Non, ta cheville ne va pas bien. Tu t'appuies sur l'épaule de Will et vous vous éloignez du champs de bataille par petits pas claudicants - pour toi, du moins, Will va bien dieu merci. Avec un soupir d'aise, tu t’assois précautionneusement dans le clic-clac pour éviter de donner l'occasion à ces multiples éclats de verre de s'incruster un peu plus dans ta peau et étends ta jambe malmenée. Merci Will et sa bougie, tu peux enfin inspecter ton bras pour évaluer un peu plus précisément les dégâts. Ah. Elle est là. La jolie plaie sur la paume de ta main qui exhale cette odeur âcre que tu apprécies tant. Tu fronces le nez et retires le morceau de verre conséquent qui s'y est logé en te mordant la lèvre. La douleur vive de ta cheville t'empêche de sentir dans toute son amplitude celle de ta blessure, mais tu sens que ça ne tardera pas.

▬ Par le plus grand des hasards, est-ce qu'on a une trousse de secours ? Si non y'a toujours le voisin du bas, les vieux sont parés contre ce genre de conneries, je crois. Je te raconterai ce qui s'est passé, promis.

Tu te sentais vraiment merdique, mais tu demanderais pardon quand t'aurais un peu moins honte. Ce qui veut dire probablement jamais. Ouais, tu dois définitivement être le pire colocataire qu'on puisse avoir.

HRP : ok donc
mate l'heure à laquelle j'ai posté
ma mère m'a sortie du lit à 9H30
je suis en train de mourir adieu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ancre
◢ U N C A N N Y ◣


Pseudo : rocket.
Messages : 44
Sur WUH depuis le : 27/12/2013
Avatar : petunia - happy tree friends
Fiche : are you happy ?
Crédits : 73

MessageSujet: Re: electric feel • will   Lun 24 Fév - 2:29


M : Fais gaffe où tu marches y'a déjà assez d'un handicapé dans cette pièce. Aussi je te paye une table en or forgé signée par le Roi de ce foutu pays si tu te passes de commentaire sur mes élans de génie - AOUTCH.

Yeah t'as pas vraiment envie de te retrouver dans le même état que lui - contrairement à lui, t'aime pas vraiment te blesser. Par contre tu aimerais beaucoup commenter ses élans de génie, si seulement tu avais la moindre idée de ce que c'était. On dirait bien qu'il va falloir que tu le laisses croire qu'il peut t'acheter cette magnifique table en or forgée par le Roi que tu ne serais d'ailleurs pas contre avoir, pour être honnête, cet appartement aurait bien besoin de trucs fancy un peu, du genre plus fancy que ta collection de cailloux qui ressemble à peu près à quelque chose de cool depuis que Morgan y a mis de l'ordre. C'est un brave petit.
Quel était censé être le fil de ta pensée déjà, tu as oublié.

C'est un brave petit, Morgan, mais il pourrait faire plus attention quand il fait des conneries, et aussi éviter de s'enlever du verre de la peau juste en face de toi parce que c'est assez dégueulasse en fait.

M : Par le plus grand des hasards, est-ce qu'on a une trousse de secours ? Si non y'a toujours le voisin du bas, les vieux sont parés contre ce genre de conneries, je crois. Je te raconterai ce qui s'est passé, promis.

Oui oui, deux secondes Morgan, Will a toujours cette nausée spontanée au fond de la gorge là. Ça va pas être facile de t'occuper de lui si t'as envie de vomir, reprend toi un peu, t'as une to do list plutôt remplie là il faut que tu t'assures qu'il ne va pas mourir de ses blessures comme ça il pourra te parler de son idée géniale et ses conséquences sanglantes et tu pourras enfin commenter dessus et ne pas gagner de table en or forgé. C'est triste mais tu préfères te moquer de lui ; et tu peux pas te moquer de lui si t'as envie de vomir alors reprend toi Will inspire, expire, un, deux, un, deux, ok. C'est bon. Et maintenant ?
Ah oui.

W : J'ai une trousse de secours t'en fais pas, j'ai quelques problèmes de maladresse aussi mais je suis pas à ton niveau du coup je sais pas si ça sera suffisant mais au pire j'irais voir le voisin yep et-- je vais chercher la trousse de secours. Essaye de pas empirer ton état pendant que j'ai le dos tourné, ça serait adorable.


Heureusement que ton appartement est trop petit pour avoir besoin de mener de longues recherches pour trouver quelque chose - la trousse de secours est juste là, dans la salle de bain, accès facile, et t'es de retour devant Morgan en moins d'une minute. Tu prends ensuite le temps d'allumer une deuxième bougie histoire d'y voir pour de vrai et tu rapproches la table basse pour pouvoir la poser dessus. Parfait.

W : Tu t'es foulé la cheville c'est ça ? Ah et puis y'a ta main aussi. Et tout les morceaux de verre qui se sont plantés sur toi - d'ailleurs si t'en as sur les fesses tu les enlèves toi même ok. Actuellement, si tu pouvais t'occuper d'enlever les morceaux de verre tout seul ça serait parfait.

Tu vides la trousse de secours sur la table par flemme de simplement chercher le désinfectant dedans et attrapes sa main blessée. Somehow, c'est beaucoup moins dégueux que quand il y avait encore le morceau de verre planté dedans et il faut absolument que cette image te dégages du cerveau dans les 0.5 secondes où tu vas avoir envie de vomir à nouveau. Concentre toi sur ce que tu as à faire, Will.

W : Ça risque de piquer un peu.

Et part "un peu" tu veux probablement dire beaucoup - tu sais pas trop en fait tu sais juste que toi les désinfectant te font toujours regretter d'en avoir mis, même quand ils disent sur le flacon que ça ne pique pas. C'est juste des mensonges pour te faire croire que le sauvetage va être easy alors que non, il faut un détours par les enfers avant.
Caractéristique numéro 1  de J. Williams : l'exagération. La numéro 2 étant ton amour pour les chats et animaux en général, et la troisième probablement celle qui fait que Morgan vit maintenant avec toi. Est-ce que c'est de la gentillesse ou de la stupidité, allez savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: electric feel • will   

Revenir en haut Aller en bas
 

electric feel • will

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Shinomi] In Line To Feel Fine ?
» Electric Hands
» Electric Picnic - Irlande - 29 au 31 août
» Electric Picnic 2011 - Irelande 2-4.09.2011
» ELECTRIC PICNIC 31 aout - 2 septembre / irlande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Way up High :: QUARTIER SUD :: faubourg résidentiel :: habitations-