AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 swallow it • ASPIRINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Aspirine
◢ U N C A N N Y ◣


Pseudo : midona - ragequit.
Messages : 71
Sur WUH depuis le : 28/12/2013
Avatar : Crona • Soul Eater
Fiche : swallow it
Crédits : 56

MessageSujet: swallow it • ASPIRINE   Sam 28 Déc - 15:17


Aspirine.
“Your accusations are a joke
Your credibility is shot ”



▬ id card
ÂGE: 28 ans.
ÂGE EN APPARENCE:  19 ans.
POSTE: Femme de chambre au palais.
SEXUALITÉ: positivement effrayée.
CLASSE: ton pire cauchemar
RACINE: un cauchemar aux odeurs d'antisceptique, aux effluves d'éther, aux murs blancs et propres d'hopitaux, à la conscience qui s'amenuise, à la personnalité qui change, aux cris qui résonnent, à la tête qui vrille, au pas léger des infirmières et au scintillement cruel des seringues.
▬ gamer
PSEUDO: midona
ÂGE: 17 ans et toutes mes dents ♥
SEXE:  n'importe où n'importe quand ♥ je suis voldemort et voldemort n'a pas de sex- OHSHIET, DES BEWBS.
AVATAR: Crona de Soul Eater
ZIVA T'ES TOMBÉ COMMENT SUR WUH BRO ?: Je me suis faite attirée par Petit Batô (parce que je suis sa stalkeuse voyez vous) - et puis j'étais aussi sur Krash (si je dis vert, hystérie, poussin et pizza vous voyez ? NON ? bandemoules.)
TROIS CHOSES A SAVOIR SUR TOI: Je suis bizarre, je suis collante, je suis dégueulasse, je suis un poulpe, j'ai peur des fleurs, j'aime les granolas et je vous bz tous autant que vous êtes ♥
PETIT MOT AWESOME: TROUFIGNON. (et désolée pour le personnage déprimant.)

▬ psychologie
Elle est une pâle insipide insignifiante inutile.
Elle se nomme Aspirine.
Aspirine n’est pas très jolie. Aspirine n’est pas très intelligente. Aspirine n’est pas très courageuse.
Aspirine est juste la petite forme sombre qui marche silencieusement dans les couloirs du grand château. Sans un bruit, sans un rire, sans un sourire. Elle déambule tristement, elle, le corbeau, le spectre, le petit bout de femme morne et vide.
Aspirine hait la manière dont elle ne trouve pas sa place dans ce monde. Aspirine hait la manière dont les gens la regardent avec pitié. Aspirine se hait, et Aspirine vous hait. Elle serre les poings à chaque fois qu’elle trébuche sur sa longue robe, et maudit, le cœur tremblant, celui qui lui a donné la vie. Petite dépressive aux airs de morceau de charbon reprend son chemin. Tout simplement.
Aspirine est une incapable. Dans sa tête, mille et un rêves se bousculent, des ambitions se dessinent, toutes plus éclatantes les unes que les autres. Mais Aspirine les oublie, du moins tente de les enchaîner. Car elle sait, elle sait très bien qu’ils ne se réaliseront jamais. Elle, elle n’est bonne qu’à récurer les dalles froides du palais, changer les lits, rester dans l'ombre.
Aspirine est révoltée.
Parce qu’au fond, elle sait qu’elle est capable de beaucoup plus. Elle est maladroite, certes, mais elle n’est pas invalide. Elle n’est pas handicapée. Et puis, Aspirine sait parler. Aspirine a une répartie cynique, tranchante, aiguisée – tout dans sa tête sonne comme du théâtre, tout dans son âme se bouscule en un langage noble et princier. Aspirine a des mots plus doux que l’étoffe dont est paré Céphée. Sa parole est d’or ; c’est juste qu’elle n’arrive pas à franchir le seuil de ses lèvres blêmes et meurtries. Aspirine se sent prisonnière de son corps, prisonnière de son nom– aspirine guérit les maux et apaise les autres? Aspirine ne sait même pas s’occuper d’elle-même. Aspirine est perdue, Aspirine est frustrée. En elle brûle un brasier dévorant qui fait trembler son maigre corps, qui la fait crier au moindre contact – ne touchez pas Aspirine, Aspirine brûle, Aspirine ment, Aspirine ne veut pas vous blesser, Aspirine a peur. Aspirine se consume, se consume d’un feu nommé mal d’être.
Aspirine c’est juste cette jeune femme aux doutes et aux rêves plus grands qu’elle. Elle aimerait fuir loin du palais, loin de ces meubles qu’elle astique jusqu’à s’en écorcher les doigts. Liberté. Songes d’une toute autre vie. Ils l’accablent, ils pèsent sur ses frêles épaules, ils la hantent pendant ses nuits d’insomnie, ils lui vrillent le crâne dans une douleur qu’elle a appris à aimer. Mal qui la fait exister.
Elle est tordue Aspirine. Déformée entre son caractère de jeune femme ambitieuse, douce, rêvant d’amour, de bonheur, d’intégrité, de soleil, de chaleur, de force – écartelée par sa propre couardise, jalousie, vilainie, faiblesse, petitesse.
Aspirine a mal à la tête. A mal dans sa tête.
Aspirine n’est pas une bonne aspirine.
Elle est une pâle insipide insignifiante inutile.

▬ questionnaire

« La vie à Horizon est-elle agréable ? »
La vie à Horizon est d'une insipide douceur. La vie à Horizon blesse. Aspirine est blessée, Aspirine aimerait partir, s'enfuir loin d'ici. Mais Aspirine n'a que cette vie - et qui est-elle pour juger de la vie ici-bas après tout ? Ce n'est pas de la faute d'Horizon si Aspirine est comme ça. N'est ce pas ?
« Comment voyez vous vos rapports avec les Astray ? »
Elle les déteste. Comme tout le monde. Haine haine haine. C'est de leur faute si elle est ici après tout. Elle ne les comprend pas, et ne veut pas les comprendre. Ils sont si radieux, si sombres, si tout à la fois - ils ne font qu'accentuer le vide qu'elle ressent en elle. Elle les jalouse, oh, elle les jalouse tellement, et aimerait tellement apprendre à être comme eux - mais sa maigre fierté lui interdit d'y penser. De l'envisager. Alors elle les évite. Tout simplement.
« Que pensez vous des Cross ? »
Ils sont des créatures rejetées incomprises et indésirables - tout comme elle. Elle aimerait tant leur parler. Leur parler plus. Mais ses mots restent toujours là, coincés, et elle finit toujours par s'énerver, toujours par décevoir. Toujours par saigner son coeur - et puis qui dit qu'ils seraient intéressés par elle ? Elle est si ridicule, si mauvaise.
Alors elle les évite. Tout simplement.
« Avez vous un avis à propos du Roi ? »
Elle se garde bien d'émettre un quelconque avis sur sa Majesté - il est son employeur, et il brille d'une lumière bien trop aveuglante pour ses yeux sombres et fatigués. Il lui arrive parfois de le maudire pour le désordre qu'il met dans son château, tout comme elle pleure de joie du fait qu'il l'ait accepté en tant que servante. Elle, la bonne à rien.

▬ histoire

Piqué drogué camé cocaïnomane  éthéromane  héroïnomane intoxiqué morphinomane  opiomane toxicomane.

Le type qui a donné naissance à Aspirine aurait pu résumer sa vie à une seringue bien remplie – et c’est planté de perfusions qu’il l’a finie. Alors que ses yeux se fermaient et que son esprit partait dans un brouillard médicamenteux, alors que les visages des gens qu’il aimait commençaient à se fondre en une masse noire et informe, alors qu’un marteau battait à ses tempes, alors que tout se déchirait dans une délicieuse douleur endormie - elle naquit.

Elle, la chétive maladive.

Aspirine, tel fut le nom qui s’imposa naturellement à elle. Médicament assommant et sans surprise, se consumant de lui-même, se brûlant de sa propre effervescence – médicament si peu effectif, si peu décisif. Aurait-elle pu trouver un meilleur nom pour son existence ?
Elle qui était un remède dans un monde où personne ne tombait malade. Comment pouvait-elle espérer trouver sa place ? Dès l’instant où l’air avait traversé ses poumons, Aspirine avait su qu’elle était condamnée. Morte née. A peine éveillée dans ce monde dont elle ignorait tout, elle avait perdu l’essentiel – l’espoir. Pouvait-on lui en vouloir ? Pouvait-on la blâmer pour cela ? Les murs froids des cliniques mouroirs, eux, en étaient dénués.

Aspirine se retrouva à flâner dans cette ville trop colorée, esquivant le moindre contact avec autrui. Cherchant désespérément un endroit fermé où elle n’aurait plus à exposer son teint blafard aux yeux du soleil. Les gens autour d’elle souriaient. Elle, ne savait pas sourire – et chaque pas sur les pavés de la ville la faisait sentir inconnue, différente. Se cacher.  A cette époque, n’importe quoi aurait fait l’affaire. N’importe qui.  Ses errances la menèrent dans l’ombre majestueuse d’un bâtiment des plus somptueux – oui, dans les entrailles du palais royal. Oeuvrant silencieusement dans l’obscurité, elle était bien.  C’était là sa place – sa seule place. Elle en était sûre.

Sûre jusqu’au moment où le doute posa ses griffes sur son cœur vacillant.

La jeune Aspirine avait déjà en elle ce cruel manque de confiance en soi. Elle était faite ainsi, instable, craintive, à fleur de peau. La peur était ancré au fond de son estomac, et  il ne fallut que l’usure du temps pour qu’elle vienne la ronger, la tourmenter, transformant la faille en gouffre,  le gouffre en abysse. Elle devint une funambule oscillant sur une corde qui ne demandait qu’à la pendre.
Certes, elle arrivait à accomplir sa tâche de servante. Elle ne brillait pas, n’excellait pas, mais elle y arrivait. Elle s’accrochait la petite Aspirine, elle résistait, malgré le nombre de fois où ses bottines lui avaient meurtri les pieds, et où ses genoux avaient heurtés le sol. Le temps passait, et Aspirine doutait – encore encore encore plus.

Peut être avait-elle tort ?
Non, elle avait sûrement tort. Elle avait toujours tort.

Sa vie devait être ailleurs, loin d’ici. Mais voulait-elle vivre ? En avait-elle le droit ? Elle qui s’était complue dans son rôle de spectre vide de sens ? Les questions fusent, les questions lui font mal, les questions la hantent, les questions la griffent et l’assaillissent.
Elle a mal Aspirine. Toujours mal. Est-ce que c’est ça la vie ? – elle paraissait pourtant bien plus lumineuse dans les rues d’Horizon.  Est ce que c’est ça, sa vie ?
Aspirine tourne, Aspirine se perd – et Aspirine pleure.
Elle n’avait jamais pleuré avant. Et la pluie qui sortait de ses yeux lui brûlait les joues. Et tout ça la fatiguait. Et tout ça lui donnait envie de dormir – pourquoi n’était-elle pas vraiment aspirine ? Pourquoi la douleur ne cessait-elle pas ?
Elle se pose encore souvent la question, la fragile Aspirine. A chaque fois qu’elle aperçoit son reflet, qu’elle voit son ombre, qu’elle distingue son image au fond de vos yeux. Elle se repousse, et vous repousse, parce qu’elle a peur d’être  comme le sédatif dont elle est née, comme l’analgésique dont elle porte le nom, comme toute ce poison qu’elle réprouve – addictive.
Aspirine n’a pas la force de vaincre les démons qui la dévorent – mais elle possède celle de vous protéger de l’engeance qu’elle représente .

Elle a beau être une pâle insipide insignifiante inutile – n’est-elle pas mignonne, cette pauvre petite Aspirine ?



Dernière édition par Aspirine le Dim 29 Déc - 17:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Antigone A. Zacharias
◥ A S T R A Y ◤


Pseudo : DC de Lula
Messages : 113
Sur WUH depuis le : 27/12/2013
Crédits : 95

MessageSujet: Re: swallow it • ASPIRINE   Sam 28 Déc - 15:37

Re-bienvenue, je t'aime. ♥ Tu peux continuer ta fiche, bonne chance. ♥




angèle
J'ai des amis, j'ai des amours, je connais pas leurs noms. Je me cogne la tête et j'essaie de m'enfuir. Rien de rien que du vide, que du vent. Dans mes rêves je tente de fuir, le lendemain qui m'attend ? Le couteau dans le dos. Ils me mettront comme ils ont mis mes parents et les tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Aspirine
◢ U N C A N N Y ◣


Pseudo : midona - ragequit.
Messages : 71
Sur WUH depuis le : 28/12/2013
Avatar : Crona • Soul Eater
Fiche : swallow it
Crédits : 56

MessageSujet: Re: swallow it • ASPIRINE   Dim 29 Déc - 17:07

Cette fiche est normalement finie -jepensaispasyarrrivermaislaforceduferrerorochersurpassetoutelaflemmardisedumonde -
En espérant que ce ne soit pas trop insupportable à lire. (parce que oui c'est dépressif et déprimant lalalalala.)
Amour passion chocolat ♥
POULPOBANANEDELAVIEJECRAQUEMONSLIP, c'est dur de rester sérieuse si longtemps.
/FAITDESBEBESAUXGENS/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ortie
◥ A S T R A Y ◤


Pseudo : Jeliel
Messages : 293
Sur WUH depuis le : 01/08/2013
Avatar : Ymir - SnK
Crédits : 178

MessageSujet: Re: swallow it • ASPIRINE   Lun 30 Déc - 0:30

(normalement il faut mettre le titre en vert quand on a fini)(mais je t'aime donc c'est pas grave)
aspirine est parfaite, interessante, attachante, géniale. je valide ♥

   
★   Aspirine

Le Roi te souhaite la bienvenue parmi le peuple d'Horizon. Tu vas pouvoir gambader partout, participer aux festivités locales et découvrir cette merveilleuse cité qui s'ouvre à toi. Tu vas pouvoir faire des connaissances et des rencontres, cheveux au vent. Bienvenue à Horizon, la cité des rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: swallow it • ASPIRINE   

Revenir en haut Aller en bas
 

swallow it • ASPIRINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nemesis par James Swallow (4,5/5)
» Blood Angels : The Second Omnibus de James Swallow
» Blood Angels Omnibus de James Swallow
» Redeemed, de James Swallow
» [Horus Heresy] Fear to tread de James Swallow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Way up High :: THÉÂTRE :: galerie de portraits :: ▬ songes-